Soutien de Yerewolo debout sur les remparts à la Transition : Un meeting aujourd’hui à 14 h à la Place de l’indépendance

Soutien de Yerewolo debout sur les remparts à la Transition : Un meeting aujourd’hui à 14 h à la Place de l’indépendance

Le Mouvement « Yerewolo Débout sur les Remparts » tient un grand meeting aujourd’hui vendredi 29 octobre 2021 à la Place de l’indépendance pour réitérer son soutien à la Transition et dénoncer la gestion chaotique de  la crise malienne par la communauté internationale.

Afin de ramener la paix et la sécurité au Mali, le mouvement « Yerewolo Débout sur les Remparts » se bat corps et âme à travers des meetings de grande envergure et de sursauts patriotiques pour soutenir la transition et dénoncer les magouilles de la France vis à vis de l’état malien.

Mardi 26 octobre 2021, il a animé à la bourse du travail un point de presse, en coalition avec le M5-RFP, la FENASMA, de l’ALCOM, de la PCC, de l’ADPEM et quelques membres du CNT pour appeler à la mobilisation pour un grand meeting de soutien à la Transition. Il est question de se faire entendre et faire comprendre à l’opinion l’importance de la prorogation de la transition.

D’entrée de jeu, M. Salif Sympara, président de la FENASMA, représentant les commerçants a invité les uns et les autres à se donner la main et sortir massivement pour montrer leurs mécontentements au monde entier face à la gestion de la crise qui secoue le Mali par la communauté internationale. « Nous allons sortir, nous demandons aux commerçants de fermer les boutiques et venir au boulevard pour ce combat commun», a-t-il déclaré.

Selon le représentant du M5 RFP, les Malien doivent se dire la vérité. « L’heure n’est plus de rester assis, sortons le 29 octobre pour montrer aux pros France et à la CEDEAO que nous sommes derrière le président Assimi Goita, et le PM Choguel Kokalla Maïga, pour montrer notre soutien au gouvernement et au CNT», a-t-il conseillé.

Selon Abdoulaye Ballo, président d’ALCOM, « c’est la France qui est la base de la famine au Mali, parce qu’elle se sert de ces soi-disant terroristes pour rendre impossible la vie des citoyens. Ils sont allés jusqu’à brûler les récoltes des paysans…On a tous compris, nous n’allons plus jamais mendier auprès de qui que ce soit, ni la France ».

« Allez-y dire à la France que le traité de  coopération militaire Barkhane et Takuba n’existe plus au Mali. C’est fini », a martelé Aboubacar Sidick Fomba, membre de la CNT.

De son côté, Mohamed Ousmane Ag Mohamedoune du Mouvement pour la Restauration de la Dignité et la Souveraineté du Peuple et de la Nation (MRD &SPN) estime que le Mali est à l’heure du bilan politique, démocratique,  des reformes, des contrats et autres. « Le seul patrimoine commun que nous disposons est le Mali. Nous sommes à l’heure du bilan de la vérité. Il faut imposer et exiger qu’on nous respecte. J’invite la CEDEAO et son armée à ne pas être témoin de la souffrance du peuple », assène-t-il.

« Assimi est une chance pour le Mali », « La France, dégage », L’armée française, dégage », « A bas la France », « A bas RFI », « A bas les média français », « Vive la Russie », scandait la foule déterminée, animés de patriotisme, de courage, et d’engagement pour le retour à la paix durable.

Le mouvement Yerewolo et les différents mouvements présents ont émis le vœu de la prorogation de la transition pour les réformes nécessaires.

Oumar Sawadogo, Stagiaire

Source: L’Observatoire

L’Express Du Mali