Prélèvements et tests Covid-19 : L’INSP envisage la décentralisation

Prélèvements et tests Covid-19 : L’INSP envisage la décentralisation

Pour rendre effectif le dépistage actif au Mali, l’Institut National de Santé Publique (INSP) s’inscrit dans une dynamique de décentraliser les prélèvements et tests Covid-19 dans notre pays.

L’annonce a été faite par le directeur général de l’Institut national de la santé publique, Pr Samba Ousmane Sow, dans le cadre de la mise en œuvre du plan national COVID-19.  Un travail que le ministère de la Santé et du Développement social a entrepris avec l’effectivité du dépistage actif au Mali qui consiste à « réaliser un test COVID-19 non seulement chez les personnes symptomatiques et les contacts des cas positifs, mais également chez les personnes vulnérables et les populations susceptibles d’être des clusters ».

Réalisés dans le cadre de la surveillance, précise le directeur général de l’Insp, les tests Covid-19 sont gratuits et porteront sur l’utilisation des tests antigéniques et moléculaires dans la mesure du possible. « Les prélèvements des tests COVID-19 voyageurs seront désormais décentralisés et peuvent être réalisés dans vos structures respectives. En cas d’absence de plateau technique pour le test moléculaire, les échantillons peuvent être acheminés dans un des laboratoires selon le zonage établi », a informé le directeur de l’INSP.

Selon lui, les résultats des tests COVID-19 voyageurs à l’extérieur du pays seront fournis, comme d’habitude par l’INPS  par voie électronique. Un formulaire de collecte des données sera mis à disposition pour remplissage et centralisation des données au niveau national.

A en croire Pr Samba O Sow, la stratégie actuelle de dépistage est passive et prévoit le dépistage des patients suspects essentiellement symptomatiques et des cas contact. Elle prévoit également le test systématique des voyageurs entrants ou sortant du territoire, ne possédant pas de résultat de test PCR COVID-19 négatif. Pour mener une analyse fine et un bon suivi des risques, qui conduisent à la détection des alertes précoces, il est nécessaire, explique-t-il, de mettre en œuvre une stratégie de dépistage actif. La stratégie de dépistage actif repose sur 2 principes : les facteurs de vulnérabilité et les populations à risque susceptibles d’être des clusters.  « Cette stratégie de dépistage actif vise à prévenir la création de clusters et la propagation du virus en effectuant des tests ciblés parmi les groupes prioritaires et dans les lieux possibles de formation de ces clusters.

Le dépistage actif COVID-19 consiste donc à réaliser systématiquement des tests antigéniques, PCR et ou anticorps chez les personnes appartenant à un des groupes cibles en dehors de la stratégie passive de test des personnes symptomatiques et des cas contacts », martèle-t-il.

Et d’ajouter « Les cibles en milieu de soins sont tout le personnel, tous les patients à l’admission, les accompagnateurs, les cas de décès et les autres usagers ». Les potentiels clusters, souligne Pr Samba O. Sow, sont des groupes de personnes travaillant ou vivant en même temps dans le même environnement avec des contacts rapprochés et répétés, susceptibles de devenir un foyer d’épidémie. Les potentiels clusters retenus sont les services pénitentiaires ; les établissements d’enseignement publics et privés primaire, secondaire, technique et professionnel, supérieur, les écoles franco-arabes et  écoles coraniques ; les garnisons ; les camps des populations déplacées internes.

Ousmane Morba

Source: L’Observatoire

L’Express Du Mali