Contre la corruption : Le gouvernement promet un traitement des informations financières

Le Centre d’information gouvernementale du Mali (Cigma) a abrité mercredi la traditionnelle conférence de presse du gouvernement. Le Porte-parole du gouvernement, Amadou Koïta était accompagné par le ministre de l’Economie numérique et  de la Communication, Arouna Modibo Touré.

Face à la presse, le ministre Amadou Koïta a évoqué  le projet de décret portant désignation de l’Autorité de coordination de l’évaluation nationale des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Selon ses explications, ce projet de décret est initié en application de la loi n°2016-008 du 17 mars 2016 portant loi uniforme relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. De même qu’il désigne la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) comme l’autorité nationale chargée de la coordination de l’évaluation des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Il a été ensuite question du décret portant approbation du marché relatif aux travaux de construction de la liaison double terne 225 KV Sikasso-Bougouni-Sanankoroba-Bamako réparti en trois lots. Le coût total de la construction de cette liaison s’élève à plus de 56 milliards de F CFA pour un délai d’exécution de 24 mois. Le financement est assuré par l’Inde.

Ce marché permettra, selon le ministre Koïta, d’inscrire le Mali dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interconnexion Ghana-Burkina-Mali, initié par le système d’échanges d’énergies électrique ouest-africain pour augmenter l’offre en ressources énergétiques, améliorer la qualité du service public de l’électricité et contribuer au développement socio- économique des zones bénéficiaires.

Selon le ministre, ce passage du budget en mode programme décidé par le conseil des ministres va entraîner un certain nombre d’innovations dans la gestion budgétaire : introduction de la culture de résultats, présentation et vote des allocations budgétaires par programme, dont le principe est de récompenser les différentes structures sur la base des résultats, etc.

Le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna M. Touré, a indiqué que son département a initié un système d’utilisation des machines à tablettes par le gouvernement. “Nous avons adopté ce système pour économiser le papier en conseil des ministres. Ces tablettes permettront aussi de travailler dans la transparence, de mieux sécuriser nos informations secrètes. Le gouvernement mettra tout en œuvre pour offrir les tablettes aux membres du gouvernement qui seront destinés aux besoins de l’Etat pour éviter les fuites”.

Adama Diabaté,

 Stagiaire

source: l’Indicateur du renouveau

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :