Petaka-Mondoro-Dinangourou : Les FAMa abandonnent les populations à leur triste sort

Petaka-Mondoro-Dinangourou : Les FAMa abandonnent les populations à leur triste sort

Dans le centre du pays, la situation est loin d’être à l’apaisement. Les groupes armés djihadistes assiègent des villages entiers, interdisent tout accès et toute sortie. Mondoro et Petaka sont devenus villages martyrs, de même que Dinangourou dans le cercle de Koro.

 

Lundi dernier, des forains, ressortissants de Petaka, ont été attaqués. Le bilan a fait état de 6 morts et plusieurs blessés transmis au CSREF de Douentza. Ces paisibles citoyens ont été ciblés par des groupes armés non identifiés alors que les forces armées du Mali en poste à Douentza ont été alertées sans qu’elles n’interviennent. Le lendemain, selon une source sur place, les mêmes assaillants sont revenus dans les alentours du village en grand nombre. Ils ont tiré les armes en l’air. Les populations ont encore informé les militaires sans succès.

 

Situé à la frontière avec le Burkina Faso, le village de Mondoro vit pratiquement la même situation depuis 3 mois sans que les militaires lèvent le petit doigt.

A Mondoro, sortir à peine 4 km du village devient synonyme de mourir sous les balles assassines des groupes armés djihadistes. Alors qu’un poste FAMa y est stationné, qui semble reléguer sa mission de sécurisation des populations au second plan.  Profitant de l’attitude d’immobilisme des militaires sur place, des groupes armés djihadistes encerclent le village comme des vautours à la recherche des cadavres d’animaux avec pour objectif de de tuer toute personne qui sortira.

 

Même situation à Dinangourou, commune rurale dans le cercle de Koro. « Avec plus 10 000 âmes Dinangourou est sous embargo des terroristes et cela malgré le poste de sécurité. Il manque de médicaments, de nourriture. Les femmes et les enfants sont affamés etc….je lance un cri de cœur aux autorités de la Transition pour soulager ces populations meurtrières », a posté sur facebook Amadou Aya.

 

Face à cette réalité, le constat montre que les Fama ont abandonné les populations à elles-mêmes. Les populations ne comprennent pas cette non-assistance des forces armées maliennes à leur égard. Tant, toutes les atrocités dont elles sont victimes se font au nez et à la barbe des militaires chargés de les sécuriser et de les protéger contre les ennemis de la nation.

Quoi de plus normal pour ces populations abandonnées à leur triste sort d’interpeller la hiérarchie militaire  et les autorités de la Transition.

L’inaction des militaires en poste à tous les niveaux dans les cercles de Douentza et Koro interroge. L’Armée a-t-elle décidé de ne plus faire la guerre avec les djihadistes ? A-t-elle troqué sa sécurité à celle des populations civiles ? Rien n’est moins sûr.

O.M

Source: Le SOFT

L’Express Du Mali