Investissements publics : Le Sénégal ambitionne d’investir plus de 806 millions $ dans un programme régional d’investissement d’ici 2025

Investissements publics : Le Sénégal ambitionne d’investir plus de 806 millions $ dans un programme régional d’investissement d’ici 2025

Pour booster la croissance et répartir équitablement la richesse nationale, les autorités sénégalaises mènent, depuis une dizaine d’années, le Plan Sénégal émergent. Un projet visant à réduire les inégalités et les injustices sociales et à permettre au pays d’atteindre l’émergence à l’horizon 2035. Le gouvernement sénégalais prévoit un investissement de plus de 806,3 millions $ sur la période 2023-2025 dans un nouveau programme régional d’investissement. L’information émane du compte-rendu du Conseil des ministres du mercredi 28 décembre. Ce projet, dénommé Programme d’investissements prioritaires (PIP) régional, s’inscrit dans le cadre du Plan Sénégal émergent (PSE) « visant à conduire le Sénégal sur la voie de l’émergence à l’horizon 2035 ». L’objectif du PIP, qui sera mis en œuvre dans la région de Tambacounda, est « d’asseoir les bases d’un développement durable à partir des potentialités et de l’expression des besoins territoriaux en termes d’investissements publics et privés ». Ce programme sera mis en œuvre autour de 17 piliers dans des domaines aussi variés que la sécurité, l’éducation-formation, la santé, la culture, les infrastructures, l’agriculture, les mines, etc. Le PSE a déjà permis la mise en œuvre de plusieurs réformes dans le domaine social, notamment l’allocation de bourses de sécurité familiale aux ménages les plus démunis, la carte d’égalité des chances en faveur des handicapés, la couverture maladie universelle, la revalorisation des pensions de retraite, la gratuité de la césarienne, l’amélioration des niveaux de revenu des travailleurs, entre autres. A terme, les autorités espèrent, grâce à ce PSE, atteindre la transformation structurelle des bases de l’économie, la promotion du capital humain et la bonne gouvernance et l’Etat de droit.

Source : A.E

L’Express Du Mali