Création de l’OUGE et les ANR : La Synergie 22 des OSC entre dénonciations et propositions

Création de l’OUGE et les ANR : La Synergie 22 des OSC entre dénonciations et propositions

Dans sa déclaration du 24 septembre 2021 sur la tenue de la table ronde sur l’Organe Unique de Gestion des Élections et les travaux de validation des Termes De Référence de l’avant-projet des assises nationales de refondation, tenue les 24, 25 et 26 septembre 2021, la Synergie 22 des Organisations de la Société Civiles (OSC) dénonce l’exclusion de ses membres, mais fait de propositions concrètes pour la réussite de la Transition

Dans le cadre des consultations en prélude aux réformes politiques institutionnelles et électorales annoncées par le gouvernement de transition, une audience avait été accordée par le Ministre de la Refondation de l’État, charge des Réformes avec les Institutions à la Synergie 22, le Mercredi 7 Juillet 2021. Cette rencontre, représentait, selon la synergie, « un gage d’espoir vers des reformes inclusives et participatives ».Car les échanges du jour, faut-il le rappeler, s’étaient essentiellement focalisés sur le projet de l’Organe Unique de Gestion des Elections (OUGE) pour une bonne organisation des échéances électorales à venir. A l’issue de la discussion, le Ministre a promis que « ce travail se fera dans un consensus entre le gouvernement et l’ensemble des acteurs. »

Selon la synergie 22 des OSC, la démarche, qui était, en plus, salutaire, s’inscrivait dans une dynamique de recherche de consensus avec les organisations de la société civile, acteurs incontournables dans la réussite des réformes politiques et institutionnelles envisagées par les autorités actuelles de transition.

Cependant, elle se dit surprise quand ses représentants se sont vus refuser l’accès à la salle du Centre International de Conférence de Bamako (CİCB) où s’est tenue la table ronde sur l’Organe Unique de Gestion des Elections et les travaux de validation des Termes De Référence de l’avant-projet des assises nationales de refondation en vue, le vendredi 24 septembre dernier. « Cette attitude des organisateurs, plus qu’étonnante, d’un évènement d’une telle dimension nécessitant l’adhésion affluente et totale de toutes les filles et de tous les fils du pays, sans exclusion aucune, nous pousse à nous interroger », précise la déclaration de l’organisation.

En effet, les responsables de la Synergie 22 des OSC s’interrogent sur la « cohérence et la sincérité » des autorités de la transition « à impliquer toutes les parties prenantes au processus en cours malgré les lectures divergentes de celle-ci sur la marche controversée de la transition ».

Au regard de cette situation qui dénote d’une volonté manifeste d’exclure certains du processus des réformes qui souffre déjà d’un manque d’inclusivité, la Synergie 22 rappelle au gouvernement malien quelques recommandations majeures formulées en août 2021, selon lesquelles les réformes politiques, institutionnelles, électorales et administratives et l’organisation des élections générales annoncées soient accélérées, les missions de la Transition soient axées principalement sur les actions de fin de Transition, à savoir l’organisation des collections présidentielle et législatives, d’intégrer dans la Loi électorale la publication en ligne des résultats des scrutins par centres et bureaux de vote, au fur et à mesure de la proclamation des résultats, de revoir à la hausse le nombre actuel de 147 députés déterminés suivant le recensement administratif de 1996, en prenant en compte les chiffres du dernier recensement de la population.

Mais aussi de changer le mode de scrutin actuel (majoritaire uninominal ou plurinominal à deux tours) pour l’élection des députés à l’Assemblée nationale en un mode de scrutin proportionnel, de créer les circonscriptions électorales des nouvelles régions pour leur permettre de prendre part aux élections de fin de transition, de consacrer la création d’un organe indépendant et unique de gestion des élections (OGE) dans la Constitution et la Loi électorale, dans un souci de cohérence et d’efficacité technique et financière.

Fidèle à sa mission de veille citoyenne et d’alerte, la Synergie 22 des OSC reste engagée pour une transition réussie dans le délai prescrit.

Rappelons que la Synergie 22 compte 43 OSC dont l’Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali, l’Association des jeunes pour la citoyenneté active et la démocratie (AJCAD), DONIBLOG (la communauté des Bloggeurs du Mali), le CONSORTIUM ELE-Citoyenneté Droits Humains Inclusifs, et Tuwindi,

Cyril Adohoun

Source : L’Observatoire

L’Express Du Mali