Vol massif de bétails a Dioïla dans la région de Koulikoro : Près de 300 bœufs disparus, les voleurs seraient connus

Une nouvelle forme d’insécurité est en phase de s’instituer dans la deuxième région du Mali et notamment dans le cercle de Dioïla. Celle-ci s’apparente énormément à celle qui existe dans la région de Mopti, voire un peu dans toutes les localités du Mali. Elle est inhérente à la haine qui existe entre les éleveurs et les paysans. Cette forme en gestation à Dioïla a pour particularité qu’elle existe entre les paysans et les voleurs ; des voleurs qu’ils estiment être sous la couverture des autorités. Face à cette situation, la population est décidée désormais d’agir autrement en se passant desdites autorités.

La fragilisation du tissu social malien n’est qu’une réalité palpable de nos jours parmi tant d’autres. Ce phénomène se trouve longuement encouragé par les autorités. Il y a des situations, une fois que nous les voyons naître, nous sommes pris de peur, en tous cas si nous avons juste un peu de souci pour la survie de la nation, voire de nos communautés. Dans la région de Koulikoro, plus précisément dans la ville de Dioïla, les paysans et les autorités se regardent en chiens de faïence, suite au vol récurrent de leurs bœufs de labour.

Aux dires de notre source sur place, le nombre de bœufs volés s’élève à près de 300 têtes. À cette situation énervante, s’ajoute ce que les habitants appellent la complicité des autorités de l’État présentes sur les lieux, dans la mesure où ils (les habitants) se disent connaitre les voleurs de leurs bétails, mais pas moyen de les toucher puisqu’ils sont sous la couverture des autorités. À écouter notre source sur place, c’est depuis le mois de novembre 2016 que ces faits se multiplient de plus en plus dans cette localité. En conséquence, les autorités, jouant à l’indifférence, la population est décidée de procéder autrement, c’est-à-dire se rendre justice elle-même afin que leurs animaux soient épargnés de cette pratique lâche et ignoble.

Il est dans l’intérêt des autorités de la République de trouver rapidement une issue heureuse à cette situation malencontreuse pour le salut de tout le Mali. Le phénomène de vol est un phénomène sérieux dans la zone de Dioïla voire de Fana. Il revient aux autorités de veiller à la cohésion sociale dans leurs communautés respectives en faisant de la lutte contre l’impunité leur cheval de bataille.

Fousseni TOGOLA

SourceLe Pays

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :