PRESIDENTIELLES DU 29 JUILLET PROCHAIN : Mouvement IBK Kanou 2018 paie la caution d’IBK, « candidat »

La candidature du Chef de l’Etat ne fait plus de doute. «Je vous le réaffirme, Ibrahim Boubacar Kéïta  est candidat», a déclaré l’honorable Mamamdou Diarrassouba, lors de la signature du protocole d’accord entre les différentes entités du Mouvement IBK Kanou 2018, qui a main à main à l’élu de Diola la caution de la candidature de leur leader IBK.

 

A l’instar des APM en 2013, près de 300 associations, mouvements et clubs de soutien à la candidature du Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta, se sont fédérés en collectif dénommé « Mouvement IBK Kanou-MINK  2018 ». Pour sceller les liens autour de cette candidature, un protocole d’accord a été signé, le 10 mars 2018, au Grand Hôtel de Bamako, sous le parrainage de l’Honorable Mamadou Diarrassouba, Député élu de Dioïla, qui avait à ses côtés le Président du Mouvement, Ismaïla Coulibaly, le Président d’Honneur de tous les clubs de soutien à l’Honorable Karim Kéïta, Youssouf Sidibé. Ceci, sous l’œil vigilant de Boubacar Touré, Chef de Cabinet du Président de la République. On y notait également la présence effective d’une forte Délégation des membres du Gouvernement, mais aussi d’anciens Ministres, tel que Mamadou Frankaly  Kéïta.

Un « tako Kélé »

Ledit protocole concerne la réalisation du projet intitulé la «Réélection du Président de la République dès le premier tour (Ta Ko Kélè)».

A l’adresse du Parrain, l’Honorable Mamadou Diarrassouba, le Président d’Honneur des clubs de soutien de l’Honorable Karim Kéïta, Youssouf Sidibé, déclara: «Si le Mali avait beaucoup de Députés comme vous, Honorable Diarrassouba, le Maliens n’allaient pas se plaindre». Il a ajouté que le Mali et les Maliens ont encore besoin du leadership du Président IBK pour les cinq prochaines années aux commandes de ce pays.

«Donnons-nous la main pour que le Président IBK soit réélu dès le premier tour. Cela est tout à fait possible ; car, nous sommes prêts, prêts à payer la caution de notre candidat», a déclaré Youssouf Sidibé, avant de réitérer que le Président IBK « doit pouvoir poursuivre sa mission dans l’intérêt du Mali et des Maliens ».

 Pour les Responsables des femmes du Rassemblement Pour le Mali (RPM, parti au pouvoir), le soutien des femmes au Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambigüité: «L’inspiration de ces mouvements est salutaire. Nous, les femmes, l’avons dit : IBK 2018. Ce choix est providentiel, nous allons faire un tako ké lé ».

Le Président du Collectif, Ismaïla Coulibaly, sur un ton courtois mais ferme, a martelé : «IBK sera élu  par Tako ké lé. En 2013, il est élu avec 77% des voix au second tour ; mais, cette année 2018, il sera réélu avec au moins 90% des voix ». Il a remis la caution de la candidature du Président IBK, disponible sur lui, main à main au Parrain de l’événement, El hadj Mamadou Diarrassouba.

Le bilan satisfait d’IBK

Prenant la parole, le Premier questeur de l’Assemblée Nationale a vivement témoigné sa gratitude aux organisateurs de l’événement pour l’honneur et la confiance qu’ils ont ainsi eu à placer en sa « modeste » personne en le désignant leur Parrain.

L’Honorable Diarrassouba a fait comprendre que le soutien à IBK ne date pas d’aujourd’hui et que les chantiers ouverts par celui-ci depuis son accession à la Magistrature suprême, malgré que certains soient encore en cours, produisent des résultats escomptés. Tels sont les cas de la « sécurité des personnes et des biens assurée sur l’ensemble du territoire national», l’adoption de la « Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) dont la poursuite en 2018 entrera dans la phase décisive », la dotation des Forces Armées et de Sécurité d’équipements nouveaux.

« Un grand pas a été fait et les efforts engagés doivent être poursuivis. Seul un pays sécurisé et stable peut attirer les investisseurs et donner l’occasion aussi aux citoyens de s’épanouir sur le plan économique, social et culturel », a-t-il indiqué. Car, la souveraineté d’un pays se mesure à l’aune de sa capacité militaire et de sa puissance de feu.

Et l’Honorable Diarrassouba  de souligner que le processus de paix et de réconciliation nationale, un des chantiers phares de ce quinquennat d’IBK mérite «un sursaut patriotique» pour que la quiétude revienne totalement et que le Malien puisse jouir de ses droits. Il est à construire par toutes les filles et tous les fils du pays, sans distinction aucune, par l’union autour de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, signé en 2015, à Bamako.

«Si nous demandons à ceux qui ont condamné cet accord ou ne l’ont pas accepté de prendre les rênes de ce pouvoir, en disant qu’ils vont renégocier l’accord, les conséquences seraient fatales pour le pays», a prévenu l’Honorable.

Le parrain a fait comprendre que l’objectif des 200.000 emplois promis par le Chef de l’Etat a été largement atteint. Car, ce sont des emplois « créés, incontestables et vérifiables ».  Il en est de même pour le chantier du développement rural avec les 15% du Budget alloués aux engrais et tracteurs et celui du désenclavement intérieur et extérieur avec le train voyageur qui a repris services début février dernier et les multiples ponts en construction à l’intérieur du pays.

L’élu parlementaire de Dioïla est revenu sur la situation politique nationale du pays, marquée par le positionnement des uns et des autres pour les échéances électorales de 2018.

IBK, une chance 2018

«La multiplication des candidatures participe au renforcement de la démocratie. Mais il n’enlève en rien les chances d’Ibrahim Boubacar Kéïta qui a une chance réelle pour avoir son deuxième mandat », a martelé l’Honorable Diarrassouba.

Pour celui qui est qualifié de « bâtisseur » par les siens, « il ne faut pas envisager un second tour ; un deuxième tour veut dire que nous avons 40%, c’est une insuffisance pour un deuxième mandat. Et, ça, je le dis haut et fort, cela veut dire que nous n’avons pas travaillé ».

Quant aux critiques souvent formulées à l’encontre du régime, l’Honorable Diarrassouba estime que celles-ci sont constructives ; donc, de les accepter. Mais que beaucoup de ceux qui le font ont joué un rôle dans ce quinquennat finissant.

«Ils doivent faire attention, a-t-il averti, pour que l’Histoire ne se retourne pas contre eux », comme avertissement, avant d’ajouter: «Dire aujourd’hui que des gens n’aiment pas le camarade Ibrahim Boubacar Kéïta,  c’est tenir un autre langage ». L’honorable Diarrassouba, un brillant harangueur des foules  a déclaré: « Ne regardez pas derrière, allez-y de l’avant».

IBK « candidat »

 

Par ailleurs, l’Honorable a réitéré ses propos d’il y a quelques mois, au sujet de la candidature de son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta : « Je vous le réaffirme ici, ce matin, Ibrahim Boubacar Kéïta  est candidat »,  à sa propre succession.

Désormais, il est requis que chacun devrait s’inscrire dans cette logique, partout où il est, pour qu’au lendemain du premier tour, Tako Kélèn devienne une réalité ».

Ainsi, le rendez-vous est pris pour les jours proches au Stade 26 MARS pour une gigantesque mobilisation des différentes plateformes de soutien à la candidature d’IBK.

Il faut noter que la signature de ce protocole d’accord a été une réussite grâce à la clairvoyance de Monsieur Gaoussou dit le Lion.

Cyril ADOHOUN

source: l’observatoire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :