Paiement des subventions des écoles privées : Des promoteurs hors la loi décelés

Pour répondre aux revendications des établissements privés agréés dans notre pays, le Gouvernement a procédé au paiement intégral des crédits desdits établissements. Mais jusque là, au niveau de certaines écoles privées de Bamako, le remplissage des formalités relatives au versement des fonds aux ayant droits accuse un retard. Cela, par le manque de pièces justificatives que réclame le Département de l’Economie et des Finances.

Les Responsables de l’Association des établissements privés agréées du Mali (AEPAM), après deux semaines sans cours, ne sont toujours pas prêts à ouvrir leurs portes sans satisfaction de leurs revendications.

Selon nos informations, au plan régional, les subventions que l’Etat devait à ces établissements sont déjà payées. En fait, c’est au niveau de Bamako que le payement pose problème. Cela, du fait que les écoles privées concernées manquent de pièces justificatives réclamées par le Département en charge du payement.

Et le hic serait qu’à l’origine des différends entre l’Association des établissements privés agréés du Mali (AEPAM) et le Département de l’Economie et des Finances, selon une source proche du Département de l’Education.

Suite au passage du Secrétaire Général du Ministère de l’Education Nationale sur le plateau du journal télévisé de l’ORTM du jeudi 25 octobre 2018, affirmant que les établissements secondaires de l’Intérieur et ceux de Bamako Rive Droite sont payés totalement, la réaction des acteurs ne se fait pas attendre. L’Association des établissements privés agréés du Mali (AEPAM), dans un communiqué datant du 26 octobre,  dément catégoriquement cette information.

Des sources concordantes nous font savoir que des établissements restent encore impayés dans les Académies de Kayes, Sikasso, Koutiala, Bougouni, Koulikoro, Kati et Mopti. À Bamako,  aucun établissement de Bamako Rive Droite n’a perçu la demi-bourse. Sur 263 établissements enregistrés, 170 ont perçu les frais scolaires. Et quant à la Rive Gauche, seuls 57 établissements sur 203 ont perçu les frais scolaires. Donc, la demi-bourse reste entièrement impayée à la Rive Gauche depuis l’annulation des paiements intervenus début août 2018.

M.S

SourceLe Soft

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :