Opération « Maliko » : Des généraux en première ligne contre le terrorisme

L’instauration de l’opération « Maliko » est la meilleure réponse pour réussir un maillage du territoire national, imposer l’autorité de l’Etat et faciliter son retour dans le Nord et le Centre. Retour sur le bien-fondé d’une opération de tous les espoirs, qui allie sécurité, défense et antiterrorisme.

La réorganisation du théâtre des opérations participe de la ferme volonté des plus hautes autorités de garantir la sécurité, d’assurer la défense nationale et de lutter contre le terrorisme. Instituée par le chef suprême des armées, le président Ibrahim Boubacar Kéita, l’opération « Maliko » entend « rétablir l’Etat du Mali dans ses fonctions régaliennes dans les régions du Nord et du Centre ».

En proie à l’insécurité, la situation sécuritaire des régions du Nord et du Centre de notre pays demeure au cœur des préoccupations des plus hautes autorités du pays dont le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita. Dans ce contexte, plusieurs initiatives ont été menées par le président IBK et le gouvernement de Dr. Boubou Cissé dans le Centre du pays pour réduire les violences communautaires et procéder au désarmement et à la réinsertion des combattants.

Les récentes attaques des groupes armés terroristes contre les positions des FAMa et les violences sur des populations civiles sont des situations qui ont motivé la mise sur pied d’une telle opération en vue d’insuffler une nouvelle dynamique à la lutte contre les groupes armés terroristes dans notre pays.

Fort de son engagement à ramener la paix, la sécurité et le vivre ensemble dans cette partie du pays, le chef suprême des armées IBK a signé le décret n°2020-0034/P-RM, le 30 janvier dernier, instituant l’opération dite Maliko avec l’objectif principal de rétablir l’Etat du Mali dans ses fonctions régaliennes dans le Centre et le Nord du pays.

Prenant en compte la coopération transfrontalière, régionale et internationale, l’opération Maliko vise à enrayer les menaces terroristes et criminelles afin de permettre le retour et la réinstallation des personnes déplacées ainsi que l’état de droit, la libre circulation et la protection des personnes et de leurs biens.

Deux théâtres d’opérations

Il faut noter que l’opération Maliko comprend deux théâtres d’opérations ; à savoir : le théâtre Est et le théâtre Centre. Le théâtre Est couvre les régions de Gao, Ménaka et Kidal avec son PCIAT à Gao et celui du Centre se charge des régions de Ségou, Mopti, Tombouctou et Taoudéni avec son PCIAT à Sévaré.

Suivant le décret présidentiel, l’opération Maliko, « en coordination avec les représentants de l’Etat, les commandants de théâtres prennent toutes mesures correspondant aux besoins de la défense et de la sécurité, y compris les restrictions de liberté de circulation, l’interdiction de certains moyens de déplacement, les limitations d’accès à certaines zones du théâtre ainsi que les actions de bouclages et de fouilles de tout ou partie des localités situées sur le Théâtre de l’opération Maliko ».

Le commandement de cette opération est confié au chef d’état-major général des armées. Selon le décret, ce dernier reçoit les moyens nécessaires pour la conduite de l’opération et est chargé de fixer les dispositions complémentaires permettant l’application correcte du présent décret.

Commandées par des généraux

Le document précise aussi que le chef d’état-major général des armées propose les moyens supplémentaires qu’il estime indispensables pour l’atteinte des objectifs qui lui sont assignés. Les forces engagées sur les théâtres, selon le décret présidentiel, seront commandées respectivement par des officiers généraux ou supérieurs qui prennent le titre de « commandant du théâtre ».

Ils seront sont secondés par des officiers généraux ou supérieurs appelés « commandant en second du théâtre » qui les remplacent en cas d’absence, d’empêchement ou de vacance.

Pour la réussite de cette opération, le président de la République engage tous les ministères et services de l’Etat. Pour répondre aux besoins des populations, Maliko est appelé à enrayer les menaces terroristes et criminelles, à faire réinstaller l’administration et les déplacés et à restaurer l’autorité de l’Etat.

Contrairement aux opérations précédemment lancées par le chef de l’Etat, l’opération Maliko se distingue par son commandement composé des officiers généraux ou supérieurs.

Rappelons que l’opération Maliko est la troisième instituée par le président Keita depuis son arrivée au pouvoir en 2013. Cette opération met fin à l’opération « Dambé II » instituée en mars 2019. Celle-ci avait aussi remplacé une précédente opération Dambé, initiée en janvier 2019.

Ousmane Morba         

 Source: lexpressdumali.com avec L’Observatoire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :