Mines et Pétrole : le nouveau ministre visite les structures rattachées à son département

Le nouveau ministre des Mines et du Pétrole, Lelenta HAWA Baba Ba a effectué lundi,  une visite de terrain dans les différentes directions et les services rattachés à son département. C’était pour prendre contact avec ses collaborateurs et partager avec eux les objectifs assignés au  département, mais aussi les écouter et s’imprégner de leurs diverses préoccupations.

«L’ensemble du personnel des Mines constitue ma famille, je  suis chez moi et  je suis venue m’enquérir de vos nouvelles», dira-t-elle avant d’indiquer que  le secteur des mines  est en plein essor dans notre pays avec une production industrielle d’or de plus de 50 tonnes en 2017. Par ailleurs, au niveau de la recherche minière, on compte plus de 500 permis en cours de validité, a t-elle ajouté. Poursuivant, elle a rappelé que l’objectif du gouvernement est de faire du secteur minier, l’un des piliers essentiels du développement économique du Mali. Pour ce faire,  une  Politique nationale de développement des secteurs minier et pétrolier a été adoptée. La Direction du contrôle et de la surveillance des opérations minières et pétrolières ainsi que  l’Ecole africaine des Mines ont  également été créées.

La visite a commencé par  la Cellule de planification et de statistique (CPS) qui s’occupe de la production des informations statistiques des Mines et leur publication. A ce niveau, le principal projet concerne la réalisation d’une bibliothèque numérique qui nécessite des financements et une formation des agents.

A la Cellule d’Appui à la Décentralisation et à la Déconcentration des Mines, le véritable problème,  comme dans les autres structures, demeure celui du financement des projets pour la mise à jour et la vulgarisation des recherches faites sur le terrain, a expliqué le responsable  de la Cellule, Adama Daou. Il en est de même pour la réalisation du vaste programme de sensibilisation et de formation initié à l’endroit des acteurs impliqués dans l’orpaillage traditionnel, notamment les collectivités et les associations d’orpailleurs, a t-il ajouté.

Le ministre a promis d’aider à trouver des solutions au problème du financement.   Concernant le phénomène de l’orpaillage clandestin ayant un impact négatif sur l’activité minière, elle a laissé entendre que   plusieurs actions vigoureuses sont envisagées comme la création de couloirs d’orpaillage, la rationalisation de l’orpaillage avec la création d’une police spéciale avec le recours des forces de défense et de sécurité pour faire face à ce fléau. Lelenta Hawa Baba Ba a visité une autre structure importante : l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (L’ITIE). Une  entité qui veille au respect et à l’exercice de la norme internationale et prône la transparence dans la gestion des ressources pétrolières, gazières et minières d’un pays. Le défi majeur auquel est confrontée cette structure transversale est la validation qui arrive à échéance le 24 novembre 2018. Il urge donc de mettre en œuvre toutes les mesures correctives, au nombre de 14, sinon les rapports risqueront de sortir avec beaucoup d’imperfections, s’est alarmée, Mme Touré, secrétaire permanente de l’ITIE.

La visite s’est achevée à la  Chambre des Mines du Mali où, après avoir félicité le ministre pour sa nomination, le président de la Chambre des Mines, Abdoulaye Pona, a fait remarquer que les mines demeuraient  un secteur très sensible qui demande de l’écoute et de la patience. D’ailleurs, très prochainement, il envisage de rencontrer le nouveau ministre pour lui soumettre des doléances dans le but d’y trouver des réponses pérennes.

Le ministre  a exhorté ses collaborateurs à  faire preuve d’esprit d’équipe afin de trouver  des réponses aux difficultés et faire avancer le secteur.

Lassana NASSOKO

SourceEssor

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :