Lutte contre l’immigration clandestine et l’exode rurale : L’Association ABAREKA NANDREE Mali lance un projet d’insertion socio-économique en faveur des jeunes de Bancoumana

Dans le but de promouvoir l’auto-emploi des jeunes de Bancoumana, l’association ABAREKA NANDREE Mali, a lancé ce dimanche 20 janvier 2019, la première phase de son projet de développement local de lutte contre l’immigration clandestine et l’exode rural.

Pour un coût total de 47 millions de FCFA, ce projet a pour but de créer des activités génératrices de revenu à travers l’aménagement de 2 hectares sur 10 offerts aux jeunes et qui serviront de site de maraîchage

La cérémonie du lancement était présidée par Mohamed Kanouté, président de l’Association ABAREKA NANDREE- Mali. Il avait à ses côtés, Bakary Camara, Maire de la commune rurale de Bancoumana, Issa Camara, président de l’Association Dambé Ani So bara (ADAS), Morissiré Camara, représentant des jeunes et Sétou Doumbia représentante des femmes.

« Si l’immigration est une pratique ancestrale dans notre société en l’occurrence dans certaines communautés ethniques, elle constitue de nos jours une préoccupation majeure pour les pays du SUD.  Le départ massif de ceux qui constituent les bras valides joue sur la productivité et augmente la pauvreté », a martelé M. Kanouté, tout en indiquant que le jeudi dernier, lors du chavirement d’un bateau au Maroc, 52 jeunes maliens ont perdu la vie et le samedi ce sont117 personnes qui ont péri dans la méditerranéen en voulant regagner l’Italie.

Toujours selon lui, les conditions d’entrée dans les pays d’accueils se durcissent de plus en plus, l’emploi s’y fait très rare et les émigrés sont très souvent rejetés. Il dira que cette situation chaotique doit les interpeller non seulement en tant qu’organisation de la société civile, amis aussi en tant qu’être humain.

Il ajoutera que c’est cette raison que l’Association ABAREKA NANDREE, avec d’autres organisations italiennes notamment, la FONDATION VALDESI, PROJETTO DOGON,  SESON ROSE, VERDI ACQUE se sont engagées à sensibiliser la population de Bancoumana, notamment les jeunes qui sont des candidats potentiels à l’immigration clandestine. 

Il a précisé que la campagne de sensibilisation sera soutenue par la mise en place des activités génératrices de revenus à travers l’aménagement de 02 hectares qui serviront de site de maraîchage pour des jeunes et des femmes.

Pour la réussite de cette première phase,  il est prévu à l’endroit des bénéficiaires  des séances de formations théoriques et pratiques sur les techniques culturales et la commercialisation des produits maraîchers, ainsi que des  séances de projection et de causeries-débats par les animateurs de l’association malienne des immigrés. Ce projet sera mise en œuvre avec la collaboration du partenaire local, notamment Association DAMBE ANI SOBARA.

« Nous envisageons une deuxième phase qui portera sur l’aménagement de 08 hectares restante pour faire de Bancoumana sur le moyen terme,   un modèle d’expérience réussie ou le projet de développement local viable remplace l’immigration clandestine des jeunes… » a-t-il informé.

Pour sa part le représentant des jeunes, ancien migrant, a indiqué que tout n’est pas rose comme on le pense. Il a ajouté que partir à l’immigration n’est pas sans difficulté. Avant de saluer cette Noble initiative.

Rapelons que l’Association Abareka Nandree, est une Association à but non lucratif, composée  de volontaires maliens et Italiens qui contribuent dans un élan de solidarité entre le nord et le sud à la satisfaction de certains besoins fondamentaux des populations dans les domaines de l’éducation, la santé, la sécurité alimentaire et les activités génératrices de revenu pour les femmes. 

Mohamed Idal El Ansary

Source: lexpressdumali.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :