Demande de report des législatives : Quand l’opposition se ridiculise

L’opposition, après avoir épuisé ses cartouches dans les  marches et contestations électorales, se ridiculise en demandant encore le report des dates des législatives. Une position qui fait sourire plus d’un Démocrate qui s’étonne de sa nouvelle posture. Cela, après avoir vilipendé les institutions de la République ayant investi IBK dans sa fonction de Président de la République. Comment expliquer ce changement de posture de la part de ceux qui se disent Démocrates ou Républicains convaincus ?

 

Les Maliens ont fini par jeter l’opprobre sur l’opposition à cause de ses positions tonitruantes.  Car, il y a, d’un côté, ceux qui se disent victimes de vol de leur victoire par le Président réélu et, de l’autre, ceux qui affirment qu’il n’y a pas eu d’élections les 29 juillet et 12 août derniers.

La première vague de contestataires est conduite par Soumaïla Cissé. Ce dernier se dit vainqueur de cette présidentielle et accuse les institutions de la République de rouler pour le Président sortant déclaré vainqueur de cette élection. Dans leurs manifestations, les contestataires affirment ne pas reconnaitre les compétences de la Cour Constitutionnelle. Non seulement, Soumi Champion, comme l’appellent ses fans, récuse cette Cour  mais aussi il veut mener les Maliens en bateau de façon  aveugle.

Ensuite, on a l’éternel contestataire et Président du  parti SADI, Dr Oumar Mariko. Ce dernier  affirme qu’il n’y a pas eu d’élections les 29 juillet et 12 août derniers et demande à lui rembourser ses 25 millions de francs CFA de caution de candidature. Ce Démocrate illuminé demande la mise en place d’une transition politique pour organiser des nouvelles élections (à lui certainement).

Ce sont là des Politiques qui se livrent en  spectacles au nom de l’opposition. Ils veulent à tout prix le pouvoir et peu importe la façon d’y parvenir.  Pour mettre en exergue leur folle envie du pouvoir, ils demandent le report des législatives devant se tenir avant fin 2018. Laquelle demande est soumise à la Cour Constitutionnelle dont les compétences sont mises en cause par eux-mêmes. Comment peut-on récuser une autorité légalement en place et recourir à celle-ci en cas de besoin ou pour trancher des litiges. C’est l’étonnement de la plupart des Maliens qui se posent la question sur le vrai mobile de leur requête. Au nom de quel droit ils réclament ce report ? Sont-ils habiletés à faire ce genre de demande ? S’interrogent des citoyens médusés. Leur étonnement est d’autant grand que ces mêmes politiques rejettent le verdict de la  Cour Constitutionnelle. Et, en même temps, ils  demandent à celle-ci (Cour Constitutionnelle) à repousser la date des législatives arguant que les conditions ne sont réunies pour la tenue d’un tel scrutin.  Quelle incongruité de la part des contestataires des résultats de la Présidentielle 2018 ? 

D’où, des voix s’élèvent de plus en plus pour dénoncer leur attitude. Des commentaires tous azimuts sont lancés à cet effet sur les réseaux sociaux. Pour ces derniers, leur demande de report des législatives n’est que de  la pure diversion pour endormir les Maliens. Car, on ne peut pas à la fois récuser quelque chose et y  recourir en même temps à cette chose. Une attitude qu’on peut qualifier de double langage. C’est même éhonté. Telle est la dans laquelle se trouve l’opposition qui va jusqu’à demander un report pure et simple des élections législatives en vue.

DON, l’opposition se ridiculise aux yeux des Maliens.

Ambaba de Dissongo

source: l’observatoire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :