Comité de défense et de sécurité du G5 Sahel : Vers l’adoption des nouvelles stratégies contre les menaces terroristes

Réunis à Bamako du 25 au 27 juin dernier, le Comité de Défense et de Sécurité du G5 Sahel, dans le cadre de sa 8e  réunion ordinaire, envisage l’adoption de nouvelles stratégies de lutte contre les menaces terroristes.

Sous la présidence du Chef d’État-major des Armées du Burkina Faso, Général de Brigade Moïse Miningou, la 8e réunion du Comité de Défense et de Sécurité du G5 a clôturé ses travaux, le jeudi dernier. C’est en présence du  Chef d’Etat-major Général des Armées du Mali, le Général de Division Abdoulaye Coulibaly, le Commandant de la Force conjointe du G5 Sahel, Général Hanena Ould Sidi et des membres statutaires du comité.

Les participants ont échangé sur, entre autres, les réaménagements nécessaires et utiles pour l’accélération du processus d’opérationnalisation de la Force conjointe ainsi que de sa composante police et le fonctionnement des organes et démembrements de l’axe défense et sécurité.

Dans son discours, le Général de Brigade Moïse Miningou a déploré une dégradation inquiétante de la situation sécuritaire dans l’espace du G5 Sahel.

«Malgré les efforts constants des Forces de défense et de sécurité de l’ensemble des pays, auxquels s’ajoutent les opérations de la Force conjointe, le constat est que les Groupes armés terroristes et criminels qui écument notre espace n’ont pas tari d’imagination et de créativité en vue de mettre à mal la paix et la sécurité des Etats », reconnait-il.

Face à la situation sécuritaire très précaire, le Chef d’état-major Général des Armées du Mali, le Général Abdoulaye Coulibaly  a invité la Force conjointe du G5 Sahel d’exploiter pleinement l’arrangement technique G5 Sahel-ONU-Commission européenne afin d’en tirer partie plus efficacement.  Ce, en attendant  l’établissement à long terme d’un modèle de soutien logistique différent pour la force conjointe, y compris hors de la zone d’opérations de la MINUSMA.

« Le phénomène de terrorisme, de conflits de coexistence communautaire, de radicalisation et d’extrémisme violent continue de se répandre dangereusement dans l’espace du G5 Sahel, sapant l’autorité des Etats et déstabilisant les territoires directement concernés et les Régions avoisinantes», constate le Général Coulibaly.

Pour lui, la présente réunion doit valoriser davantage l’entière disponibilité des forces armées et de sécurité des pays du G5 Sahel à œuvrer ensemble pour une meilleure gestion des menaces et défis de la Région.

Le président en exercice du Comité de Défense et de Sécurité du G5 Sahel, le Général Moïse Miningou, a déploré le fait que la cohésion sociale et le vivre ensemble dans l’espace du G5 Sahel se soient dangereusement mis à rude épreuve avec comme conséquences immédiates la détérioration des liens sociaux et des déplacements massifs des populations. «Nous devons également engager des réaménagements nécessaires et utiles à l’accélération du processus de la force conjointe ainsi que de sa composante police. Les populations de l’espace fondent beaucoup d’espoir sur notre capacité à les rassurer et à les protéger », a-t-il conclu.

Ousmane MORBA

 Source: lexpressdumali.com avec L’Observatoire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :