Au centre : Le PAN Timbiné pose les jalons d’une réconciliation

Rencontres avec l’imam de la grande mosquée de Bandiagara, les chefs des milices Dogon et Peulh, des notabilités, le président de l’institution parlementaire l’honorable Moussa Timbiné apporte la contribution de l’Assemblée nationale à la recherche d’une réconciliation entre les communautés dogon et peulh dans la région de Mopti.        

En visite en 5e région, le président de l’Assemblée nationale, en véritable médiateur, tente de trouver une solution à la crise du centre, incarnée par les communautés, dogon et peulh.

La semaine dernière, sur la toile, les images du président de l’Assemblée nationale posant, assis sur une pierre, avec le chef de milice Dana Amassagou, Youssouf Toloba, et un de ses lieutenants, puis avec Sekou Bolly, chef de la milice peulh, debout, a suscité de commentaires.

Si certains ont estimé que cette rencontre avec les acteurs sur le terrain du député président de la jeunesse RPM ne semble pas amorcer la paix, d’autres qualifient la démarche hautement importante pour arriver à une réconciliation entre les deux communautés. 

En proie à une insécurité grandissante, le centre du pays est devenu une zone où des populations civiles subissent le prolongement de la crise du Nord, gangrenée par le djihadisme, les deux communautés dogon et peulh manipulées, selon certains observateurs, s’entretuent faisant des déplacés internes.

L’initiative du président de l’Assemblée nationale de chercher la solution au problème qui n’a que trop duré par le biais du dialogue en rencontrant les chefs des milices sur le terrain est une étape pouvant conduire vers une issue heureuse. On se rappelle que le même exercice a l’habitude de porter fruit au temps du président de l’Assemblée nationale, le Professeur Aly Nouhoum Diallo.

En 1992, le président de l’Assemblée nationale d’alors, Pr. Ali Nouhoum Diallo, a conduit la médiation parlementaire en rencontrant les acteurs de la rébellion, pour échanger avec eux et trouver la solution à la crise.

En 2000, il a aussi mobilisé l’institution parlementaire et les cadres du cercle de Douentza pour le règlement du conflit entre les cultivateurs Dogon et éleveurs Peulh dans la Commune rurale de Mondoro.

Pour ce qui est entamé par le président de l’Assemblée nationale pour le centre du pays, il y a lieu d’espérer et que Timbiné réussisse sa mission.

Ousmane Morba

Source: lexpressdumali.com avec L’Observatoire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*